24e Boulevards de Colomiers en mode lièvre

9 mois sans écrire sur le blog c’est long mais il y a eu pas mal de choses à faire depuis le début de l’année, j’ai été très ambitieux sur le plan sportif, jusqu’à Avril c’est passé mais derrière les longues journées boulots m’ont fait revoir certaines choses, jusqu’à m’emmener vers une nouvelle pratique le triathlon. J’aurais certainement le temps d’y revenir plus tard, en attendant place à la course de la rentrée, à 3kms de la maison, les 24 Boulevards de Colomiers.
Rentré des US, le samedi midi, c’était un peu du suicide de se projeter sur cette course avec un réel objectif, du coup c’est en milieu de semaine que j’ai proposé à Rémy de jouer les lièvres pour passer sous les 50mn.
On commence tout d’abord à s’échauffer tranquillement avec Patrice et Rémy pour faire monter le cardio et transpirer sur le grand boulevard du départ avec quasiment 900 inscrit c’est la course qui signe la rentrée sportive.
On se met derrière la ligne, pas trop loin du départ vu qu’il n’y a pas de tapis sur la ligne, plus tu es loin, plus tu perds des secondes qui seront comptabilisées. Le départ est toujours un peu rapide, mais ça permet également d’étirer le peloton un maximum, on passe une première fois au niveau du rond point Total puis direction les Allées du Comminges, complètement en travaux, donc oublier le revêtement billard. On a décidé de partir sur une allure de 4’55, je me dis il vaut mieux avoir un peu de gras à la fin quand ça commence à coincer. Premier verdict au km1: 4’52, un poil trop rapide, j’ai voulu rattraper le retard du départ. Mes deux compères sont bien accrochés, concentrés, on continu. Ce parcours je l’ai fait des centaines de fois le matin en mode sortie à jeun, je connais chaque millimètres de route ou de trottoir, du coup ça part en mode trajectoires ultimes, j’envois Rémy sur le trottoir pour gratter quelques metres au bout de l’allée puis on relance, direction la longue ligne droite du centre ville, où les petits de l’USC nous attendent, le fan club encourage fort, km2: 4’44, aïe, il faut que j’arrête de déconner on est trop vite. J’essaye de lever le pied on arrive au rond point du Mc Do, là je sais que mon petit fan club m’attend avec Vanessa et les enfants, un gros coucou à tous les 3, la photographe immortalise l’instant. On aperçois Patrice qui commence à tirer la langue.On continu en direction du cimetière, le revêtement est parfait, c’est roulant. Km3:4’51, ils sont tous les 2 au contact, même si ils commencent à prendre des couleurs… On continu le serpentin, à travers le quartier de la crèche, je sais qu’il y a un ravito, je leurs dis de continuer et de ne pas s’arreter, je vais chercher à boire pour eux. Le problème c’est qu’il ont poil levé le pied, peu importe, je donne les gobelets, et on relance jusqu’à la descente au niveau de l’église Ste Radegonde, km 4: 4’56.
Après une descente il y a toujours une bosse, c’est la seul du parcours et en plus il faut y passer 2 fois. A cet instant là on a perdu Patrice, Rémy est toujours concentré mais cette cote laisse un peu de traces, je veux absolument relancer pour garder le tempo, on y va progressivement, jusqu’au 2 e passage au niveau du rond point total, ou on fait un petit aller retour sur le rond point plus haut, km5:5’01, on a payé la côte.
Sur cet aller-retour on croise Patrice, je lui dis d’accrocher et de nous rattraper, il dois avoir 300m à combler, mais c’est à l’air compliqué. Rémy Jegard est sur le coté pour immortaliser la première boucle. Mon GPS étant toujours un poil en avance, on passe en 24’54 au niveau de la mi course, on est toujours dans le contrat.

On est parti pour le deuxième tour, ça risque de tirer un peu plus, toujours sur la route en travaux on retrouve une deuxième ravitaillement, toujours la même technique, j’accélère pour aller chercher à boire, là fini les fioritures, Rémy se les verse directement sur la tête, ça commence à chauffer, km6:5’10, au punaise, faites vos jeux rien ne vas plus. Je sais par expérience, que les 2 prochains vont être décisif alors je me mets un mode encouragements. Il ne parle plus trop mais il est toujours au contact, je luis donne les meilleures trajectoires, on va se retrouver encore au niveau du grand boulevard du centre, le fan club est toujours là, et ça fait même pas mal de bruit, km7:5’01, j’ai toujours espoir que l’on va le faire.
On enchaine, on repasse au niveau du cimetière, km8:5’02. Je n’ai plus qu’une crainte elle se situe au niveau de la cote, au pied km9:5’03. On commence la côte, et là ça coince grave, j’encourage comme un dingue, je ralenti pour vraiment qu’il prenne ma foulée, on arrive enfin en haut, je gueule comme un apache en lui demandent d’aller chercher un gars en jaune devant qui me semble à l’écart qu’il nous manque, un petit signe de la tête, il est cuit, on s’efforce de relancer, 500m avant la ligne Patrice nous rejoint, et on va franchir la ligne en 50’36 à la 384e place 829 participants, contrat quasi rempli mais une expérience bien sympathique.

Laisser un commentaire