Triathlon XS de la Ramée, ça commence à rentrer.

Le triathlon de Toulouse est un rendez vous annuel pour ma de personnes, un défi, une compétition, ou tout simplement un bon moment entre potes. Victime de son succès les places partent comme des petits pains, du coup quand j’ai voulu m’inscrire, il ne restait que des places sur le swimrun, ou sur le XS. Troisième triathlon de l’année, je suis toujours en mode apprentissage, j’ai donc choisit le format XS pour me décalaminer les poumons. 
Le rendez vous est donné à 13h45 pour l’ouverture du parc à vélo, ce dernier est ouvert pendant une heure puis derrière on a droit au briefing et c’est le départ. 9a c’est le principe de tous les formats sauf le XS ou les femmes partent en premières et les hommes 1h15 plus tard, autant que vous dire que sous la flotte on s’est pelé comme des dingues en attendant que ces dernières finissent leur course, ça aura au moins un avantage, celui de les encourager tout du long, notamment Marine, la copine d’Esteban, la machine du TTM.

Justement en discutant avec Esteban, il me dit de partir sur l’extérieur au niveau de la droite de la plage et avec le vent plus le monde ça devrait me ramener vers la première bouée. En choisissant le XS, je choisis également le fait de nager beaucoup moins et d’essayer de me concentrer. Tous les concurrents arrivent au niveau de la plage, je m’échauffe 5mn dans la flotte, l’eau est à 19°, pour ma part pas de détails, je choisis de mettre la combi, même pour une distance si courte, la portance aide vraiment. On s’aligne le départ est donnée, comme d’habitude c’est la machine à lavée, mais ce coup ci après 30″, je me retrouve avec la voie libre, bizarrement,j’arrive à respirer à 3 temps normalement et j’avance plutôt bien, à mi chemin avant la première bouée, un coup d’oeil latéral, beaucoup de monde derrière, « t’enflamme pas champion, oublie pas toutes les claques que tu as prises dernièrement… ». Je continu, on arrive à la première bouée, le gars sur le kayak pour la sécurité gueule comme un pape à tout le monde de s’écarter car ça fait entonnoir et les mecs s’entre tuent. Pour moi, ça se complique également, je me fait serrer, voir complètement bloquer, du coup ça me pète mon élan, bref, 10, 15 mouvements de brasses plus loin j’arrive à la deuxième bouée, maintenant il ne faut plus réfléchir, c’est tout droit. Je rentre la tête et je tourne les bras, je dois faire peur car les deux mecs à coté de moi s’écarte, je passe jusqu’à me prendre un pied en pleine tronche d’un mec qui fait le dos crawlé, allez je passe à droite, un petit effort et je sors de l’eau.
Je vais oublié de déclencher ma montre à T1, mais je sors en 6’00 à la 64e place sur 178, NON DE DIEU, extraordinaire! En remontant au parc à vélo, Esteban me lâche « maintenant le vélo et la course tu connais! », je suis remonté comme une pendule.

T1, c’est pas facile, j’ai pris le parti de me mettre en combi et maintenant il faut la sortir, je galère un peu, mais en bloquant avec la pieds, je la sors, je choisis de faire toute la course sans chaussettes on verra bien. Casque, lunettes, je repars en courant comme un con avec mes cales, bilan: 2’35 c’est vraiment pas top, mais ma course débute maintenant.

J’arrive au niveau de l’arbitre, j’enclenche les chaussures c’est parti, je monte la plaque, je l’enlèverai uniquement à l’arrivée. Je remonte rapidement des coureurs, la nouveauté ici, c’est que l’on a droit au drafting (pour les non initiés, on a le droit de sucer les roues, et ça, ça peut vite vous faire gagner 5km/h de moyenne), l’objectif c’est donc de me chopper un groupe de fou furieux et de gagner des places. J’arrive à la première petite bosse, ça tire sur les cuisses, je suis pas dans le truc, il faut se faire violence. Je continu à remonter des coureurs, ça prouve: 1 qu’il faut vraiment que je progresse en natation pour sortir avec des bons, 2- et que les mecs devant sont tranquilles ou cramés… Après 4kms, en face de moi, de l’autre coté, la moto avec le premier, en fait il n’est pas non plus à 20mn, derrière des groupes de chasses, je vais bien finir par en trouver un. On fait demi tour au niveau du golf, du coup je suis persuadé que l’on est mi course, car l’orga avait dit 8kms (on en fera 12, c’est mieux pour moi), enfin 2 minots me déboitent par la gauche, un grand coup de pédale, je saute dans la roue. Ils doivent pas faire du vélo tous les dimanches car ils courent par a coups mais au moins on avance, on arrive à un Y, ils freinent, je déboitent, les encourage et je bourine, ils me rattrapent 1kms plus loin quand enfin on voit un bon groupe. La facilité aurait voulu de se mettre au chaud, mais c’est hors de question j’ai les jambes, on est au moins 15/20. Je double, je remonte et je gueule , « allez à bloc et on tourne ». Un vieux de la vieille qui à mon avis tire le groupe depuis un long moment, me sourit et me dis allez on y va, 500m plus loin je fais passer un gars, qui est toujours le même, je reprends la tête et sur les 3 derniers, personne passera, je vais ramener un groupe à la force des mollets, c’est pas grave, dans une chicane, je mets une mine pour au moins garder un avantage et arrive jusqu’aux pompes de l’arbitre.
Bilan: 20’47, 35,1km/h, 4kms cadeaux mais surtout un 12e temps au scratch, je remonte 32 gars!

T2: je balance mes pompes, met met Boston, depuis 3 mois je cours avec des espèces d’élastiques qui m’évitent de faire les lacets, ça marche, sauf qu’à mon avis les miens sont trop court et me broyent les pieds. Je repars à bloc, et là l’arbitre me fait signe, j’ai oublié le casque sur ma troche, putain! 30 »  de perdu, je repars le pose et sort du parc à vélo en 1’25, dégouté.

Bon maintenant, ça sert à rein d’être ingénieur, tu débranches le cerveau et tu réfléchis plus, le phénomène des grosses cuisses c’est pour tout le monde, j’en profite pour déposer les 5 gars devant moi, je suis autour de 4’10. J’avais pour ambition d’aller plus vite, mais j’ai laissé pas mal de forces au vélo. On remonte vers la piscine, on passe le 1kms en 4’13, allez si ça tient comme ça je vais faire un truc, j’ai 3 coureurs devant, je vais également les chercher mais c’est un peu plus dur, sachant que l’on rentre dans le sous bois avec des racines partout, et il faut en permanence relancer. Pire des moments, j’ai un point de coté qui arrive, j’ouvre la trifonction pour desserre, et je continue, km2: 4’28, de la merder, mais je me fais toujours pas rattraper. Il reste 500m, 2 gars un peu plus loin, ils sont pour moi, là je lâche tout, je les ramasse, bilan ces derniers 500 en 3’54, enfin..Je passe la ligne.

Le speaker lâche le classement: 19e, wahouuu, la banane, j’ai fait quelques erreurs c’est sur, je dois pouvoir gratter 1 ou 2′, mais je n’oublie pas que c’est ma troisième course, ça va payer en tout cas, je me suis éclaté!!
20e/364 au scratch
19e/178 au scratch homme
6e de ma catégorie MS3

Laisser un commentaire