Ekiden d’Albi, un traivail d’équipe et un RP!

Depuis début septembre et les séances de fractionnées avec le club le mardi, on commençait à discuter de la possibilité de s’inscrire à l’Ekiden d’Albi, ce fut chose faite quelque jours plus tard. Le rendez vous est donné ce samedi soir 7 octobre au pied de la Cathédrale d’Albi, le principe de l’Ekiden est simple, 6 coureurs et il faut courir un marathon au complet. On est venu avec 2 équipes, la première à un objectif ambitieux de 2h30 (qui est en fait les minima pour se qualifier au championnat de France ), pour notre équipe ça sera 2h48 qui correspond au 15km/h de moyenne. Jusqu’il y a une semaine je devais m’aligner sur le troisème relais pour un 5kms avec un RP comme temps de passage… Mais voilà mercredi le coach m’envoi un message pour me dire qu’il faut que je monte sur 10 pour laisser ma place sur 5, j’accepte mais sans contrainte de chrono par contre, j’annonce fair le maximum pour essayer de rentrer entre 40 et 42, sachant que mon dernier vrai 10 couru à bloc remonte à Colomiers 2016 avec un 42’26, mais je sais que depuis juin, je susi beaucoup mieux, des kilos perdu, des séances de vitesse de qualité, ça va payer, je pense faire un coup de bluff, je commence à m’en persuader.
Il est 20h00, départ du premier relais, de notre coté c’est David avec un temps prévisionnel de 18’30, au moment je pars m’échauffer avec Hervé, on repère le dernier kilomètre avec un bon pétard au 9e, on continu avec les gammes, c’est clairement le genre d’échauffement que je négligeais ou du moins que je ne faisais pas forcément avec beaucoup d’envie, mais là pas la droit à l’erreur, il faut être près au passage de témoin.
On se dirige vers les SAS, en fait l’organisation est au top, il y a un immense écran géant ou l’ont voit son coéquipier arriver dans les 200 derniers mètres. Du coup on a le droit de rentrer le long de la route, ou le collègue passe le témoin en tapant dans la main. Je vois donc arrivé Matthieu en 17e position qui va passer le témoin, un peu plus loin voilà David qui arrive en 19’37, un peu en retard sur le planning mais ça va le faire… 

Je tape donc dans la main de David et part comme une balle dans la descente devant la Cathédrale. Ca descend sévèrement, j’inspire bien fort pour pas mettre dans le rouge à la fin du premier kilo, on arrive jusqu’au pont du Tarn, un oeil sur la montre ça oscille entre 3’30 et 3’45, calme toi petit agneau, sinon tu vas exploser en plein vol. On traverse le pont pour arriver sur la première difficulté avec une petite bosse, il faut bien que ça serve de faire du trail, donc des appuis un peu solides et on passe en force en dépassant un coureur, on va continuer a travers la ville basse, km1: 4’00, pas de plan spécifique mais je me sens pas mal. On continu à slalomer dans les petites ruelles puis on déboule, sur un boulevard qui est pas mal embouteillé d’ailleurs, on repasse un le Tarn sur un autre pont, et là quasiment 1km de faux plat montant, vu que l’on est frais il suffit de maintenir l’allure, ça devrait piquer au 2e tour, mais pour l’instant km2: 4’01 Gros virage à droite, je manque de me manger le signaleur qui protège une barrière, puis on entre dans le centre ville historique dans les rues pavées, moi je choisie l’option caniveau central, c’est des grosses dalles et je vais essayer de ne pas me faire une cheville, on continue devant la place des bars, puis on va arriver au niveau de l’épingle a cheveux, un ligne droite de 150m, virage à 180° puis on relance, vu que l’on est à 200m du départ, il y a beaucoup de monde et ça encourage dans tous les sens : « Allez L’Isle Jourdain! », ça c’est nouveau pour moi mais je prend avec le sourire, km 3: 3’52, dès qu’il y a des encouragements, j’ai toujours tendance à accélérer.
Ensuite, ce n’est pas la traversé du désert mais presque, il n’y a pas grand monde sur le kilomètre suivant, il fait même bien sombre, mais c’est pas grave, depuis le km2, j’ai un mec qui me souffle dans le coup, on est exactement à la même allure, et il lâche rien, je me dit que ça peut être un atout, si je l’emmène proprement sur la première boucle, et que je commence à faiblir, il faudra que je l’accroche (s’il tient également), du coup on court tout ce kilomètre côte à côte, du coup km4: 3’54 (t’enflamme pas Jacky que je mis intérieurement, il en reste 6). Là clairement je sais que ce passage doit me booster pour le final, je l’ai reconnue à l’échauffement avec Hervé et Guillaume, on est en un bon faux plat descendant, et comme dit Guillaume si tu arrives vites ça doit monter tout seul (sauf que l’on est pas sur un vélo), je relâche, on passe au milieu d’une route de chantier ouverte pour l’occasion et l’on arrive à l’arrière de la Cathédrale, 4,5kms, à ce moment là je me dis: « si t’étais resté sur les 5kms, ça en serait fini et surtout tu battais ton RP, mais ça va c’est ce soir ou jamais ». Un aiguilleur, nous balances sur la route du 2e tour, je repasse devant le départ et c’est reparti pour un tour, km5: 3’48!!
On est dans la descente, et là tous les copains et le coach qui gueule « T’es dans le chronooooooo!!! », t’as raison je lui avait dit autour de 41 j’ai plus d’une minute d’avance….
je relâche tout ce que j’ai dans la descente, je lève même le pied pour pas me cramer sachant que ça remonte. Je commence à calculer, je vais essayer de me mettre à la montre le plus possible autour de 3’55 quitte à exploser sur la fin, je devrais faire un bon temps pour les collègues à cet instant c’est ça qui compte, km6: 3’56.
On est de retour sur le gros faux plat montant, en principe sur un 10, c’est là que ça ce joue et ça commence mal, j’ai un vieux point de coté au milieu des côtes, j’essaye de respirer fort, mais rien a faire ça tire. Le gars qui me suit depuis des bornes commence à me dépasser, pas de panique, je lui laisse 2m, par contre il faut qu’il m’échappe, je force un peu trop mais en haut de cette cote je limite les dégâts, km7: 4’01.
On repasse, dans le centre ville, c’est animé et ça fait plaisir, il y a pas mal d’enfants qui tendent la main, mais là j’ai pas la tête à ça, je crois que j’ai jamais été aussi concentré sur une course, on continu à zigzaguer dans la ville, je sort du caniveau pour me mettre sur les galets mais là ça envoi, je repasse le gars qui m’avait mangé 1km avant, on sort du centre pour aller au niveau de l’épingle à cheveu, où il y a toujours autant de monde. J’ai encore droit à « aller l’Isle Jourdain », nouveau sourire et je repars, km8: 3’51. 
A cet instant là, je commence à y croire, putain il reste 2 bornes, serres les dents, donnes tout, cette fois ci c’est la bonne. On redescend tranquillement, je relâche les bras, un blaireau a forcé le barge de police et on se retrouve une voiture en plein milieu de l’allée, c’est pas grave un cadrage débordement, et me voilà relancé. Il y a encore une petite bosse, puis le long passage dans le néant, pas de spectateurs ni trop de lumière, je commence à rattraper des coureurs qui explosent, km9: 3’56.
Ca va le faire, je continu d’accéder, on est maintenant dans la descente du toboggan du dernier kilomètre, là je déconnecte, j’ai la foulée qui doit faire 2m, il y a plus de calculs, je tape directement dans la petite bosse, force tout ce que je peux, on rattrape des concurrentes qui en sont qu’à la première boucle, je me dis qu’elles sont pas encore rentrées mais au mois elles s’amusent. L’aiguilleur m’indique, l’arrivée, je donne tout, j’arrive au niveau des relais, j’aperçois Fabien, tape dans sa main, et arrête mon chrono, j’en crois pas mes yeux, contrat respecté pour l’équipe mais surtout Record Perso, démonté: 39’22, 50e sur 518 (l’ancien était de 40’38 et datait de 2012…). Je vois David qui vient me féliciter, je suis éclater mais heureux comme un môme.

Je suis désolé pour Fabien, je ne vais pas être un grand supporter car il va me falloir au moins 20′ pour redescendre en température et en cardio, me ravitailler et enfin me rhabiller car on a perdu au moins 10° depuis le départ. Malgré un problème à l’arrivée ou il va galérrer à trouver Arnaud, il fera les 5kms en 21’40

Arnaud s’élance donc sur les 10kms, je vais le guetter à la deuxième boucle quand il repassera devant la Cathédrale pour l’encourager, en tout cas il a belle allure et apparemment il est dans les temps le coach lui avait mis 41mn et il passe en 19’55 de mémoire. Toutes les semaines quand on fractionne, on est pas loin l’un de l’autre, donc je me dis qu’il devrait finir comme moi. Il va terminer en 39’25, seulement 3 » d’écart avec moi, du coup on revient globalement dans le chrono initial et tout est jouable, plus que 2 relayeurs.

Philippe est parti, il doit se faire un 5km (prévu en 20′), c’est compliqué de voir les gars qui courent le 5 car, le fait qu’il ne fasse qu’une boucle on peut les voir qu’au départ. En même temps c’est money time pour le Tracks 1 qui se bat avec le chrono, je vois Nicolas rentrer de son relais, complètement dégouté, il fait un peu plus d’une minute au delà du chrono prédit, du coup Guillaume est partit pour le dernier relais, pas mal de pression sur ces épaules. De notre coté Philippe cartonne en 19’00! et donne le dernier relais à Jérome.

On se retrouve donc tous dans la descente 200m après le départ, en attendant Guillaume, pas mal de tension, il faudrait qu’il passe 2h20 à la dernier boucle, mais voilà il arrive un poil plus tard autour de 22, quand il passe devant nous, on est bloc, tout le monde encourage, mais personne ne sait trop la boucle qui l’attend, il y a une bosse quelque part mais on en sait pas trop où elle est. Direction la ligne d’arrivée pour pousser une gelante, il met du temps a arriver et en même temps on voudrait tellement qu’ils passent en moins de 2h30 pour se qualifier pour les France, le voilà qui déboule en haut de la rue avec le lampion lumineux, il donne tout pour passer la ligne en 2h31’19, sacré chrono quand même et une 11e place au général.
On repart à notre position initiale pour encourager Jérome, quand il passe devant nous il est bloc, pas de doute, pas de tricherie, il donne tout! On repart en trottinant sur la fin de la dernière ligne droite, après plusieurs minutes, le voilà qui déboule en haut de la rue, la banane, toujours à bloc et voilà qu’il franchit la ligne en 2h38’01, 28e au général sur 512 équipe!!

Quelle soirée, ma première en club, la première sur Ekiden, un record et un très bon moment avec les collègues, vivement les prochaines courses et les cross…

Laisser un commentaire